Le Mot du Maire – 7 Mars 2016

Le Mot du Maire – 7 Mars 2016

Hydro Québec,

L’événement le plus significatif depuis le dernier conseil de ville concerne une coupure du service électrique survenu le 25 février dernier et qui s’est terminé plus de 24 heures plus tard pour la plupart des usagers concernés d’Hudson.

Les mesures d’urgence ont été décrétées, car plus de 1398 clients en étaient affectés, alors que les températures prévues avoisineraient les -17 degrés Celsius pour la nuit à venir.

Le centre communautaire a été ouvert au public durant la journée, toute la soirée puis la nuit ainsi que le jour suivant lors duquel nous espérions le rétablissement du courant. Des lits fournis par la croix rouge à la demande de la ville ainsi que du café et des denrées étaient aussi disponibles.

Sous l’habile gouverne de notre chef pompier et de notre service des incendies, nous avions 19 génératrices mobiles pouvant être mises en œuvre pour supporter les pompes de sous-sol déficientes et pour tout autre support aux contribuables.

Le bilan est que personne n’a gelé ou n’a subi d’inconvénients majeurs et que nous pouvons maintenant raconter cette nouvelle histoire de survie à une coupure de courant intempestive de longue durée.

J’aimerais aussi souligner le travail de notre directeur général Me Jean-Pierre Roy pour avoir pris la direction des opérations ainsi que Nicolas Pedneault pour la mise en œuvre du refuge au centre communautaire. Merci aussi à Saint-Lazare pour l’assistance offerte.

L’évaluation foncière

Comme cela vous a déjà été annoncé, l’évaluateur de la MRC

Viendra rencontrer les contribuables concernés par la hausse de leur évaluation et discutera sur une base personnelle du cas des contribuables qui contestent leur évaluation.

Si une entente ne peut être conclue avec l’évaluateur quant à l’évaluation d’une propriété, les lois provinciales édictent que le contribuable aura jusqu’au 30 avril 2016 pour présenter une demande formelle de contestation en utilisant le formulaire prescrit.

La gouvernance 

Nous sommes élus depuis un peu plus de deux ans. Pour des gens avec peu d’expérience au niveau municipal et sans support bien intentionné, ce fut tout une expérience.

Nous avons fait quelques erreurs de parcours et avons hérité de situations préoccupantes qui nous ont ébranlées.

Deux directeurs généraux, et deux directeurs généraux par intérim ainsi que trois trésoriers se sont succédés au service de la ville ainsi que plusieurs défis sont survenus au niveau des ressources humaines.

Je crois que nous sommes maintenant sur la bonne voie, voulant réaliser votre vision d’Hudson. Nous n’avons pas de temps à accorder pour les personnes négatives centrées sur le passé dont la spécialité est la démolition du devenir de Hudson. Nous ne pouvons leur concéder le retour d’Hudson à un passé maintenant révolu. Une ville qui a du succès n’est pas édifiée sur la négativité. Nous entendons nous appuyer sur des bases constructives basées sur le plan stratégique pour lequel les contribuables furent invités à contribuer.

Certains nous ont accusés d’avoir traité confidentiellement certains sujets ou d’avoir manqué de transparence.

L’un des cas a trait à une plainte formulée par un de nos conseillers au MAMOT qui l’a transférée ensuite à la Commission municipale du Québec pour une possible audition le mois prochain ou plus tard.

La Gazette et la Presse ont requis la diffusion publique de la plainte lors de son dépôt. À ce moment, la ville ne pouvait partager ce point de vue par respect pour les conseillers, des directeurs et certains éminents citoyens de notre communauté qui y sont mentionnés.

La plainte renferme plus de 151 allégations présentées sous serment par un de vos propres conseillers contre plusieurs d’entre nous qui nous sommes engagés à aller de l’avant pour faire progresser la destinée d’Hudson.

Ces opinions émanent d’un document préparé par l’avocate de l’ex-directrice générale qui poursuit la ville dans un dossier en audition devant la Commission des relations du travail CRT devenue le tribunal administratif du travail, TAT.

Étrangement, il y a des similitudes probantes entre cette plainte et d’autres présentées à la CRT, à l’UPAC, à la Commission du Lobbysme du Québec, dans le dossier de l’employé suspendu no 721. On y retrouve l’usage des mêmes mots, du même style et des mêmes formulations ainsi que les mêmes séquences de présentations et d’opinions.

Je vous le demande, pensez-vous que cette concentration d’accusations émane de la même source?

Souvenez-vous, je vous prie, que la plupart de nos honoraires juridiques soient affectés directement à ces plaintes apparentées si telle est votre conclusion.

Les opinions personnelles ne devraient pas être autorisées pour saper la réputation de personnes innocentes engendrant ainsi des coûts de plusieurs milliers de dollars pour les défendre.

Joignez le mouvement visant à édifier une ville gagnante, c’est réalisable, mais il vous faut en faire partie.

Pour ma part, j’entends mener à terme cette mission ayant toujours été une personne qui mène à terme ses mandats sans défaillir et non un lâcheur. Je maintiens le cap et n’abandonne pas. Je ne l’ai jamais fait et n’entends pas commencer à le faire maintenant.

Vote tout dévoué,

Ed Prévost, Maire.